L’addiction à la frontière de l’économie et du politique : l’exemple du jeu vidéo

Ne vous inquiétez pas je ne ferais pas d’introduction clichée sur la puissance de l’industrie du jeu vidéo qui a dépassé celle du cinéma.  Premièrement,  tous jeux vidéos n’est pas forcément un produit industriel.  Deuxièmement,  ce genre de justification économique pour parler d’un sujet me pose vraiment problème. Je tenais juste à vous faire partager un extrait d’un article du monde diplomatique de juin 2015 intitulé « Le malade virtuel » écrit par Virginie Bueno, maîtresse de conférences en sociologie à l’ université de Montréal.
Lire la suite « L’addiction à la frontière de l’économie et du politique : l’exemple du jeu vidéo »

Publicités
L’addiction à la frontière de l’économie et du politique : l’exemple du jeu vidéo

Loi renseignement : insister auprès des senateurs sur son inefficacité et les nombreux « faux-positifs »

Dans 3 jours le senat devra se prononcer sur la loi renseignement. Dans l’article précédent vous trouverez comment appeler les senateurs gràce à une initiative de la Quadrature du net.

Du fait du peu de temps qu’il reste il m’a semblait pertinent d’insister sur certains arguments. Particulièrement, avec l’angle qui parle le plus aux politiques : le point de vue pragmatique.
En effet, on peut souligner que cette loi est techniquement coûteuse et inefficace avant même d’être moralement réprouvable.

Dans une note faite par L’INRIA on trouve une synthèse des arguments techniques. De celle-ci je retiens 3 points particulièrements percutants :

  1. Il est plus efficace de faire des recoupements via les réseaux sociaux que de mettre en place toute un dispositif technologique basé sur des algorithmes qui ne marcheront pas.
  2. Les moyens de contourner cette technologie sont nombreux.
  3. Enfin, du fait de la rareté de la cible par rapport au fort échantillon de population, cela engendrera de « faux positifs » bien plus nombreux que de « vrai positifs »

L’argument des nombreux « faux-positifs » qui seront engendrés, me paraît très important. La note faite par l’INRIA demontre les choses ainsi : même avec une très faible marge d’erreur disons de 1%, cela ferait sur une population de 60 millions de personnes, 600 000 personnes detectées. Si dans ce lot, il y a 60 vrai-positifs cela ferait une détection de 0.01%. Soit un nombre de vrai-positifs très faible par rapport aux faux-positifs.

Vous trouvetez la note de l’INRIA dans l’article suivant :

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2015/05/la-note-de-linria-contre-la-loi-sur-le-renseignement.html

Vous pouvez ainsi contacter vos sénateurs par mail et leur joindre en pièce-jointe la note faite par l’INRIA. Leur adresses sont disponibles à l’adresse suivante :
https://wiki.laquadrature.net/Contactez_vos_senateurs

En complément de lecture, cet article détaille davantage les impasses techniques et pragmatiques de cette loi : http://m.rue89.nouvelobs.com/node/258672

Loi renseignement : insister auprès des senateurs sur son inefficacité et les nombreux « faux-positifs »

Loi renseignements : plus que 3 jours pour appeler les sénateurs

Le mardi 9 juin sera voté par le senat le texte sur la loi renseignement. Il reste 3 jours pour appeler les sénateurs et leurs dire que vous refusez ce texte.
Pour les appeler ou écrire par mail rien de plus simple il suffit d’aller à l’adresse suivante : https://piphone.lqdn.fr/campaign/call2/pjl-renseignement-senat/19958/#mep

Les citoyens doivent appeler leurs sénateurs ou leur écrire, leur expliquant qu’ils ne veulent pas que cette loi soit votée en leur nom. Nous les appelons également à manifester le 8 juin place de la République contre la surveillance de masse. Les sénateurs ont traditionnellement un rôle de défenseurs des libertés, nous attendons d’eux qu’ils le montrent le 9 juin prochain : ils ne peuvent se satisfaire d’un si mauvais texte de loi, notre démocratie vaut mieux que cela ! 

Adrienne Charmet, coordinatrice des campagnes de La Quadrature du Net

Source : https://www.laquadrature.net/fr/9-juin-le-senat-osera-t-il-enfin-renverser-le-projet-de-loi-renseignement

Loi renseignements : plus que 3 jours pour appeler les sénateurs