L’addiction à la frontière de l’économie et du politique : l’exemple du jeu vidéo

Ne vous inquiétez pas je ne ferais pas d’introduction clichée sur la puissance de l’industrie du jeu vidéo qui a dépassé celle du cinéma.  Premièrement,  tous jeux vidéos n’est pas forcément un produit industriel.  Deuxièmement,  ce genre de justification économique pour parler d’un sujet me pose vraiment problème. Je tenais juste à vous faire partager un extrait d’un article du monde diplomatique de juin 2015 intitulé « Le malade virtuel » écrit par Virginie Bueno, maîtresse de conférences en sociologie à l’ université de Montréal.

En effet, elle souligne un des problème d’ordre politique que pose l’utilisation qui est faite de la notion d’addiction au numérique et particulièrement le jeu vidéo.

image

En sommes il y aurait ainsi un comportement acceptable normativement et un autre deviant et pathologique lorsqu’il ne serait pas économiquement productif dans le marché du travail. Il n’y a rien d’étonnant à tout cela. Mais comme on peut s’ y attendre. A comportements deviant, traitement deviant. Le problème est alors celui de la nature des soins proposés pour redresser ces malades « immoraux ».
image
Évidemment n’y voyez pas une négation d’un usage problématique du jeu vidéo etc. Ce n’est pas un pour ou contre mais simplement il.s’agit de souligner que la désignation d’une maladie n’est jamais sans lien avec une détermination normativement politique c’est à dire justifiant un pouvoir sur une population qui sort des attentes societales.

A en regarder les traitements proposées on a 3 choix : être normalisé au prix de sa liberté ou payer pour se normaliser et garder sa liberté. La 3eme voix évoquée est celle dite « compréhensive » et qui agit au cas par cas. Cette dernière solution mériterait un traitement à part du fait de sa polysémie.

Pour autant nous ne devons pas en finir avec le terme d’addiction pour peu que nous fassions un pas de côté et que nous nous dégagons de la référence medicale. En effet, que ce soit dans son étymologie, qui se réfère au contrat qui liait un esclave à son maître, ou dans son usage contemporain dans les discours populaire et commerciaux, nous abordons alors un champs qui est l ‘ occasion de questionner les problématiques de servitudes, d’engagements, d’obéissance, de plaisir, de manipulation et de contrôle. Nous y reviendrons.

Publicités
L’addiction à la frontière de l’économie et du politique : l’exemple du jeu vidéo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s